Le gilet Grand’Ourse, mon premier projet couture

Je me suis lancée !

Après avoir vu ma belle sœur coudre cet été, j’ai eu envie de me lancer moi aussi. J’ai pas mal traîné sur Instagram pour voir ce qui se faisait et à Noël mes parents m’ont offert 2 cours de couture dans un atelier.

Pendant le mois qui a précédé mes cours j’ai regardé 50 tutos sur Youtube et j’ai bien réfléchi à ce que je voulais coudre. Pour qui, pourquoi, comment, avec quoi… Il en a résulté que c’était le Gilet Grand’Ourse de la marque de patrons Ikatee que je voulais coudre. Les patrons gratuits trouvés ici et là ne me convenaient pas. Soit les explications étaient approximatives, soit le niveau de difficulté ne me paraissait pas adapté à mon niveau super-débutante.

Jeudi soir, impression et assemblage du patron

Première étape, imprimer mon patron de couture fraîchement téléchargé. Mon imprimante refuse de nous sortir le carré gris pour vérification de l’échelle. Tant pis j’imprime quand même ! Ça sort à n’en plus finir ! Une fois tout en main, je commence à l’assembler. Je note que dans tout trousseau de couturière doit se trouver des rouleaux de scotchs !

Sur ma table basse j’assemble mon patron et je me lance dans la découpe. C’est fastidieux et ça fait mal au dos de faire ça sur sa table basse. Mais ça se fait. Les pièces sont assez grandes et il n’y en a pas 100.

Vendredi soir, je coupe mon tissu

J’ai choisi 2 tissus que ma belle-mère a eu la gentillesse de me donner. Un bleu pour l’extérieur. Je ne sais pas du tout ce que c’est. Il est un peu rigide. Pour la doublure intérieure je prends un joli imprimé. Bien entendu, je découpe ma doublure dans le mauvais sens. Mais ça je ne m’en rends pas compte tout de suite. Pour tout vous dire, je m’en rends compte une fois que j’ai tout assemblé, cousu et que je retourne mon ouvrage.

Madeline et sa machine

Samedi, je profite de n’avoir que la petite à la maison avec moi pour entrer dans le vif du sujet, coudre ! J’ai un peu plus décousu que cousu dans un premier temps… Il faut bien un début. Je suis contente, je n’ai pas eu de soucis dans l’enfilage du fil. J’avais un peu peur, n’ayant jamais utilisé la machine de ma grand-mère. Après deux trois lignes de test sur une chute de tissu, je couds pour de vrai. J’avais la flemme de m’entraîner plus que ça. J’ai pris mon temps pour tout coudre, entrecoupant mon travail par des sessions jeux avec la toute petite.

Le plus difficile à été de faire les boutonnières. Je crois que je suis un peu traumatisée.

Résultat

Résultat… je suis hyper fière de moi. Je ne pensais pas du tout arriver à un résultat comme celui-là du premier coup. Bien entendu il y a beaucoup de choses qui auraient pu être mieux faites. J’ai une grande marge de progression, et ça, c’est génial, non ?

La prochaine fois je ferai attention au sens de coupe de mon tissu pour ne pas avoir de mauvaises surprise. Je pense que je vais aussi choisir un projet qui ne nécessite pas de boutonnière. Est-ce que la pose de pression est plus simple ? Je vous dirais !

Et la suite ?

La suite, sera un Gilet Grand’Ours pour l’aîné, et une Combi Madrid, toujours de chez Ikatee. J’aime bien les multiples possibilités qu’offrent leurs patrons et d’après ce que je lis, ils sont très accessibles pour les grandes débutantes comme moi. Alors je fonce !

Et vous ?

Et vous ? Est-ce que vous cousez ? Dites-nous tout en commentaire !Vous pouvez nous suivre sur nos Instagram respectifs : @madel000n et @Ben_eirefrance

Leave a Reply

Your email address will not be published. Required fields are marked *